Aller au contenu principal

Quartier de la Belotte : Investigations sur les glissements de terrain versant la Bellotte

-A +A

Rappel du contexte :

L'apparition d'un ensemble de désordres affectant principalement des constructions se sont déclarés sur le versant dominant la ville d'Embrun au quartier de la Belotte depuis le début de l'année 2016.

 

Un arrêté de péril a été pris sur l’aile Ouest du bâtiment « les Fauvettes » et suites aux rapports d’expertises les huit appartements de cette aile ont été évacués.

Un suivi de l’évolution du bâtiment a été mis en place par le syndic de la copropriété, et la commune d’Embrun à missionné Pierre Rostan docteur en géologie pour réaliser un rapport sur ce phénomène qui affecte plusieurs constructions du versant.

 

L’intervention de Monsieur Rostan se porte notamment sur l’établissement d’un dossier dans le cadre d’une demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Cette demande a été transmise à Mme la Préfète qui a communiqué le dossier à la  commission interministérielle, pilotée par le ministère de l'Intérieur, qui devra se prononcer sur le caractère naturel du phénomène ainsi que sur son intensité anormale, en se basant sur les rapports techniques joints aux dossiers. L’avis consultatif, émis par la commission, est ensuite soumis aux ministres signataires de l’arrêté interministériel portant reconnaissance ou non de l’état de catastrophe naturelle.

 

Cette démarche en cours a permis de faire avancer la réflexion sur la question du mécanisme probable des désordres du versant de la Bellotte sinon sur leur origine exacte et d’esquisser le type de travaux de stabilisation qui pourraient être à réaliser.

 

Interventions à venir :

 

Des premiers constats, il semble que le versant de la Belotte soit concerné par la remise en mouvement d’un ancien glissement profond affectant un versant assez large et fortement urbanisé.

Un diagnostic plus complet et plus large doit toutefois être mené pour mieux appréhender les mécanismes de remise en mouvement afin de proposer des solutions pour maîtriser le glissement dans la mesure du possible.  Pour cela, il est nécessaire de réaliser des investigations complémentaires, afin de comprendre les phénomènes en présence, analyser les circulations d’eaux souterraines et améliorer la connaissance du sous-sol (profondeur du glissement, etc.).

Sur le premier semestre 2018, plusieurs campagnes d’investigations seront ainsi menées :

Acquisition de données par LiDAR aérien afin de mieux caractériser la topographie du secteur. La topographie du site, à une échelle fine est en effet essentielle pour analyser les circulations d’eau et les mouvements du versant.

Réalisation de profils géophysiques sur une profondeur de 15 à 25 m. Ces profils permettront de mieux connaître la constitution du sous-sol, d’identifier les différents types de sols et d’évaluer la profondeur du substratum stable.

Mise en place d’un réseau d’une quinzaine de piézomètres. Le suivi et l’analyse permettront de préciser la nature et la profondeur des circulations d’eau souterraines sur le versant, d’en mesurer les variations et de mieux cerner leur origine.

Poursuite du suivi du dispositif d'instrumentation déjà en place avec relevés inclinomètriques.

Investigations sur l'état des réseaux humides sur le versant

L’analyse des résultats permettra de mieux connaître des moteurs du glissement avec pour objectif  de définir précisément les mesures à prendre et les solutions palliatives à mettre en œuvre pour tenter de ralentir et si possible d'interrompre le phénomène.

 

L’ensemble de ces investigations sera piloté et mis en œuvre par le service RTM de l’ONF et le géologue Pierre ROSTAN, dans le cadre d’une mission d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage et d’Expertise technique.

Une délibération a été prise en conseil municipal extraordinaire le 20 décembre 2017 afin d’engager rapidement la démarche d’investigations complémentaires et également de demander les subventions nécessaires auprès de l’Etat, la Région et le département.